The Bridge

Menthon saint bernard / Annecy France

Classic American Cars

Classic American car à Hossegor

Les culs nuls

Lyon by night

Le Pong Lafayette 

Hossegor 2020 en famille

Session photos de 2016

A Night in Lyon

I went on a shooting session in Lyon, France to try out some techniques with the Canon 80D. I mostly tried long exposure photos and some of those shots came out okay.

Sous un pont ;)

The sky was pretty clear so I had no problems with the light, although I would have liked a bit of rain to get more reflection. Well another time maybe. I must have taken at least thirty photos witch is really not a lot, I need to remind myself to shoot more and change settings between shots. I had many out of focus pictures that I thought look really good in camera !

Lyon is a beautiful city but in the winter it is very cloudy and very hard to get good light during the daytime, and since it lights up every monument at night the potential for better photography arises. I shot everthing with a 18-35 Sigma F/1.8 lens.

Upping my Instagram Game

I've decided to step up my instagram game and put myself out there ! I used to only post my Iphone photos quickly with no edits or nothing but since January this has changed.

I actually take the time to import my canon 80d shots on the computer and edit them using lightroom, exporting them specifically for instagram. It takes way more time but is also way more professional. The next step is to actually have an Instagram grid with the same tone.

Like having your photos transition from one season to the other based on colors and tones ie black / dark blue for winter and orange for fall. This might take some time as I have only started to understand my camera, and still have much work to do on composition.

You can follow me on Instagram

Ouverture de l'Alpes D'Huez

L’Alpes d’Huez a ouvert le 8 décembre et j’y étais avec tout mon nouveau matos. Nouveaux skis de la marque scott, les aztek. Achetés sur glisshop avec une belle promo ! En plus livrés un jour avant la date indiquée, plutôt cool.

La journée du samedi était pourri, on y voyait pas à un mètre avec un brouillard super dense. Le monde était au rendez-vous, et pourtant il n’y avait que 18 pistes ouvertes. On a quand même pu, avec ma chérie, faire quelques descentes sympas histoire de tester le matériel dans la neige fraîche et plutôt abondante. Le pied !

tout est blanc

Le dimanche par contre était une journée géniale, soleil radieux, moins de monde, quelques pistes ouvertes en plus et de la neige, encore de la neige. Pas un pet de vent et des paysages sublimes. On a pu monter jusqu’à 2700, le troisième tronçon n’était malheureusement pas ouvert.

La mer de nuage

Sur la route du retour nous avons eu la chance de rencontrer une famille de sangliers qui ont vite filé se cacher sous les arbres ! Heureusement pour la voiture ! Ouf…

une famille de sanglier !

La famille de sanglier en fuite

Sea, Surf and sun à Hossegor, Seignosse et Biarritz

Ahhhh l'Océan… Ca nous laisse rêveur rien qu'à l'évocation de ce mot… Des images défilent, les odeurs marines qui chatouillent les narines, la chaleur caressante du soleil, ce sentiment de calme et de bien être, de faire partie de la nature… Tous nos sens se mettent en éveil ! C'est doux ! C'est le pied ! Allez, on y retourne à travers ces quelques clichés !

Mais avant, le chemin à parcourir est long. Notre périple a duré plus de 10h avec un arrêt pour passer la nuit, en mode camping sauvage. Eh oui, nous avions décidé de faire le trajet en deux fois, nous avions donc planté notre tente au hasard, dans un champ. Expérience sympa que nous avions renouvelé au retour. On est aventurier ou on ne l'est pas :)

Notre lieu de résidence

La suite du séjour, nous l'avions passé dans un camping à Seignosse, situé à 1.3 km à pieds de la plage. Le camping des Chevreuils a une réputation d'un camping 4 étoiles, mais nous avions été bien déçus à la découverte de notre emplacement. La borne d'électricité était située à des km, impossible de se brancher, rallonge pas assez grande… Bon, ça commence bien. L'emplacement n'était pas du tout délimité avec ceux des voisins, on avait donc l'impression d'être à la vue de tous… Bref, personnellement, ce camping ne mérite pas ses 4 étoiles, loin de là. Surtout avec une piscine riquiqui, non surveillée, des toilettes et douches dont la propreté laisse à désirer… On n'y retournera pas en tous cas. Mais malgré tout, on a réussi à aménager notre petit coin, le voisin nous a gentiment proposé de se brancher chez lui. Enfin une bonne chose qui nous fait un peu oublier notre déception.

le coin sieste et notre tente

Bon, fini le blabla, fonçons à la plage ! Environ 30s plus tard, nous voilà en tenu, la planche de morey sous un bras, les palmes dans l'autre, la serviette de plage autour du coup, les lunettes de soleil sur le nez, le sac à dos rempli de quelques trucs, et c'est parti mes kikis !

La plage Centrale de Biarritz. Magnifique et en plein centre ville !

Notre dernière soirée à Seignosse, à profiter de la plage jusqu'au couché de soleil magnifique. On clôture par un petite photos des petits pieds.

Descente des Gorges de l'ardèche

Depuis le temps que je voulais faire cette fameuse descente des gorges, véritable autoroute consacré uniquement aux kayaks, j'ai pu enfin réaliser ce désir durant l'été 2012, en plein mois d'août.
La première étape consiste à réserver le canoë, nous avons fait appel à la société de location Base Nautique du Pont d'Arc. Cette structure vous loue tous le matériel nécessaire pour faire une descente en toute sécurité et sérénité. Les parcours sont différenciés par leur longueur et leur point de départ dépend également de la distance que l'on veut parcourir.
Ainsi, pour faire honneur à cette première, nous avons choisi le parcours de 28km, le plus long étant de 32km.
Notre point de départ était situé un peu au dessus du Pont d'Arc.

Eau clair et soleil

Et on pagaie, on pagaie !

Embarquement après avoir mis nos affaires dans les bidons. On saisit à pleine main les pagaies et c'est parti mes kikis ! La descente commence tranquillement, le temps de se familiariser un peu avec le matériel.
Mais très vite, la cadence augmente car la rivière est aussi bondée qu'une autoroute lors des départs en vacances ! Un peu d'excès de vitesse n'est donc pas de trop pour doubler tout ce monde. Nous voilà parmi les premiers, on peut souffler un peu ! Surtout qu'après de nombreux zig zag, on a réussi à se coordonner pour enfin filer à peu près droit. Eh oui, c'est pas si facile que ça !

Notre embarcation

Durant la descente, de merveilleux paysages s'offrent à nos yeux. La végétation était très verte et l'eau très claire et en abondance. Trop chouette, même pas eu besoin de descendre du canoë pour pousser ! Un vrai régal ! Le soleil était au rendez vous, on s'est donc baigné à chaque arrêt dans une eau bien chaude !
Le pied !!!!

Attention les gendarmes pagaient eux aussi ...

on a faim !!!

Après avoir fait environ la moitié du parcours, c'est l'heure de s'arrêter pour manger un bout. Eh oui, à force de pagayer ça creuse.
Nous voulions trouver un coin tranquille afin de profiter de notre casse croûte mais il n'est pas facile de dégoter un tel endroit. Toutes les meilleures places sont bien sûr prises. Mais à force de recherche et de patience, nous accostons enfin sur un petit rebord en plein cagnard. Fort heureusement, il y avait une petite grotte pour s'abriter un peu du soleil. Les sandwichs sont dévorés en un clin d'œil. Le ventre rempli, on lézarde au soleil tout en faisant trempette pour ne pas se cramer. Hummm, la vie est bien belle quand même...

la plage de nudiste

Vous avez dit "nudiste"? Oui, c'est cela, même en Ardèche, une plage est uniquement réservée aux personnes voulant vivre comme au premier jour, tels Adam et Ève. Qui a dit que les nudistes sont que des vieux ? Détrompez vous, de plus en plus de jeunes s'y mette.
Bizarrement, parmi toutes les plages disponibles tout au long de la rivière, ils ont choisi celle où se trouve le rapide le plus dangereux du parcours. Un gros rocher surplombe la rivière en son centre, l'eau s'y engouffre avec force avant de continuer sa course, créant un énorme tourbillon. La chute est quasi inévitable, notre frêle embarcation chavire donc et nous voilà tous deux à l'eau! Après avoir refait surface, il faut récupérer le canoë, le bidon et quelques affaires éparpillées ici et là. Fort heureusement, les nudistes, qui prenaient un malin plaisir à observer les chutes, nous ont donné un coup de main. Faut dire que c'est pas aisé de reprendre pied après une telle chute et avec la force du courant qui nous entraîne. Après cette douche rafraîchissante, on remonte à bord et c'est réparti de plus belle.

La fin d'un merveilleux et inoubliable voyage

Eh bien voilà, toute bonne chose a une fin!
Le voyage se termine tout en douceur, les derniers coups de pagaie nous ramènent au point de retrouvailles où on doit rendre l'embarcation! Oh bon dieu, c'est la cohue !!!! On se croirait un jour de soldes où tout le monde court de partout en cherchant «son camion» qui doit ramener le canoë ! Et puis zut, c'est vachement lourd cet engin, on dirait qu'il pèse trois tonnes vu que les bras sont tout mous ! Mais où est donc passé ce foutu camion, à croire qu'il a fait exprès de se cacher celui là ! À force de persévérance et après un nombre incalculable d'aller/retour, on peut enfin le rendre ! Ouf, bon débarras !
Maintenant, plus qu'à attendre que le bus arrive pour nous ramener à notre point de départ !!!

Les paysages tous plus beaux les uns que les autres

Enfin bref, tout est bien qui fini bien ! Le trajet du retour nous berce et nos yeux se ferment malgré eux et nous nous endormons, la tête pleine d'images et de souvenirs !!! Et les bras pleins de courbatures of course ! C'était le pied !

Valberg The place to be

Ma première expérience dans les Alpes du Sud s'est passée à Valberg, petit village montagnard niché au coeur du Parc National du Mercantour à 1700m d'altitude.
Cette découverte a été faite grâce à "beau-papa" qui a voulu nous offrir un week end au ski. Un très grand merci à lui pour ce cadeau et cette belle découverte!

On the road, before arriving

La route et ses alentours

La route menant au village est d'une rare beauté. En effet, nous longeons tout au long de l'ascension les Gorges du Cians, petit torrent alpin qui prend sa source au parc national du Mercantour et qui se jette dans le Var après un parcours chaotique de 23 km. J'ai été très impressionnée par les hautes falaises de terres rouges, on se serait presque crû dans le Grand Canyon ! Le contraste entre la roche rouge et le ciel d'un bleu azur était saisissant. La route longeant ces gorges est, elle même, vraiment spectaculaire, avec des passages taillés sous la roche et cernée par ces hautes falaises abruptes. Tout ces éléments confèrent au paysage des allures extraordinaires.

Valberg et son domaine skiable

Le domaine s'étend sur 90km de piste répartis en 52 pistes. Y en a pour tous les gouts, les niveaux, les envies. C'est un domaine plutôt familial, offrant des pistes larges avec peu de dénivelé. Le plus haut point de la station est situé à 2066m d'altitude.

Plan des pistes

Ce qui est vraiment remarquable, c'est que les pistes sont bordées de forêts de mélèzes, ce qui donne un caractère particulier et on s'y prend plaisir à sillonner les pistes entre les sapins. Seul regret, il n'y avait pas neigé depuis un petit moment et le hors piste n'était pas terrible car la neige était très dure. Autrement, le plaisir aurait pris une toute autre dimension en allant surfer dans les sous bois. Pas grave, une prochaine fois ! Toutefois, le soleil était au rendez vous et on a passé un week end fort agréable !

Vue sur le Col du Dreccia et le Lac des Eguilles

Se loger à Valberg

"Beau-papa" n'avait pas fait les choses à moitié ! Il avait réussi à nous dégoter un bel appartement de 50m2 pour le week end grâce à une régie de location ! L'appartement était entièrement équipé avec une grande télé reliée au câble ! Que peut on demander de plus ?
Nous avons pu ainsi passer de belles nuit confortables tout en contemplant à travers les fenêtres le magnifique paysage de montagne qui s'offrait à nos yeux.

Vue de l'appart le jour de l'arrivée et celle du lendemain

Le retour, un grand moment

Notre surprise a été totale quand on a ouvert les yeux le lundi matin. Il avait neigé durant la nuit plus de 40cm. Oups, cela ne va pas être aisé de prendre la route. Premier boulot, déneiger la voiture qui a été complètement enterrée. Une fois la voiture dégagée, nouvelle mission : mettre les chaînes ! Chose pas facile quand on ne l'a jamais fait, surtout avec leur notice digne des notices d'Ikea ! Heureusement que chéri avait eu un peu d'entraînement en début de saison, lorsqu'il a fallu chaîner et déchaîner 3 fois lors du week end d'ouverture de l'Alpes d'Huez. Grand moment là aussi.

La route le jour du départ

Voilà, les affaires sont dans le coffre, en voiture Simone !!!
Le départ se fait sans encombre et nous contemplons le paysage, émerveillés par toute cette blancheur immaculée ! J'avais qu'une seule envie, chausser mes chaussures et mes skis pour une dernière descente dans toute cette fraîche.... Mais l'heure était au départ et les remontées n'étaient pas ouvertes...

La descente se fait lentement, telle l'allure d'un escargot jusqu'au moment où on tomba nez à nez avec un gros car bloqué en plein virage ! On a cru que le voyage s'arrêtait là et qu'on allait devoir attendre qu'on vienne dégager cet autocar... Le chauffeur était complètement inconscient de faire la montée sans chaînes... Ça lui apprendra ! Les seuls à plaindre étaient les pauvres voyageurs qui allaient sûrement passé leur journée au bord de la route au lieu d'aller skier... On ne sait pas comment se termine cette histoire car on a réussi à se faufiler sur le bas côté et nous avons continué notre route. On a tous eu un grand ouf de soulagement. Le reste du voyage se déroula tranquillement.
Superbe week end, encore merci «beau-papa» !

La route et ses falaises pendant la descente.

Promenade dans le froid de lyon

On pourrait croire, qu’en hiver, les balades se font rares. Et pourtant, il n'en est rien. C’est même plutôt le contraire. La plupart des promenades d’été se font aussi bien en hiver avec quelques récompenses bien plus appréciables qu’en été.

La balade vers Fourvière en est un exemple parfait! On commence dans le Vieux Lyon, toujours si animé, et on prend les traboules, lieux incontournables pour y découvrir les endroits insolites du quartier. Pour terminer par les marches qui mènent à l'entrée du jardin de Fourvière.

Chaud Chaud la grimpette !

On commence à suer ! Et ça grimpe et ça grimpe et ça grimpe, à travers les allées bordées de plantes.

Jardin la roseraie

Une vue dégagée sur Lyon depuis le jardin de la Rosaire

N'oubliez pas de passer par le jardin de la Roseraie où figure une collection exceptionnelle de rosiers grimpants qui forment une arcade. Vous y trouverez différents points de vue qui vous en mettront pleins les yeux.

Basilique de Fourvière

La Basilique

Vous pouvez, si le coeur vous en dit, monter dans une des tours, c'est à dire 265 marches à gravir ! ouf!! Mais la vue en vaut la chandelle, vision à 360° sur Lyon.

Le jardin des hauteurs

Une des pivoines de la collection

Poursuivre vers le Jardin des Hauteurs, qui donne accès au site de l'accro-branche de Fourvière et la descente de la piste SARA en VTT ou en Ski quand la neige est au rendez-vous. De plus, vous pourrez y admirer une très belle collection de pivoines.

Crêperie le savannah

Miam, miam ! Après l'effort, le réconfort !

C'est une crêperie où on déguste d'excellentes crêpes de tout genre, tout en buvant un bon thé anglais ou chinois. L'ambiance est très sympathique ainsi que le décor avec des couleurs chaudes et chaleureuses. On se sent comme chez soi. Les banquettes offrent une assise confortable, c'est un lieu propice à la discussion et aux échanges. On a envie de refaire le monde tout en se régalant avec gourmandise.

Le théâtre des Célestins

C'est un théâtre lyonnais, un peu inconnu de ses habitants. Il est de style italien, dédié depuis 200 ans à l'art dramatique.

Son intérieur est époustouflant, c'est un décor de rouge et de noir, à l'ancienne avec des lustres et de la moquette aux murs, le plafond est entièrement peint, un théâtre comme on en voit à la télé ! Les spectateurs sont installés sur les balcons et il y a différents balcons selon le degré social des spectateurs !

On apprécie ce théâtre pour son décor intact et authentique, il a su conserver toute la majesté de son architecture d'origine.